Jour 9 : Escalante – Brice/Kanab

DSC_3377

1H30 du matin. La pluie se met à tomber sur le grand toit du camping-car. Même s’il ne pleuvait pas beaucoup, ca faisait un bruit de déluge. Les gouttes résonnent comme sur un gigantesque Velux. Impossible de dormir.

La pluie se fait de plus en plus intense, de plus en plus drue. On a en tête le gaie passé un peu plus tôt dans la journée avec les avertissements de « flash flooding » (comme un peu partout le long de notre périple d’ailleurs). Est-ce qu’il pleut assez pour faire monter le niveau de la rivière ?

A 2h30, Céline n’en peu plus. Trop stressé elle s’habille et part jusqu’à la rivière pour voir. En chemin ses idées vont bon train : attaque d’ours, mangé par un puma… l’aller/retour se fait assez vite.

Au retour, elle m’informe : le niveau est monté et il y a de grosses flaques d’eau qui se forment sur la route… on attend encore pour voir si la pluie se calme mais c’est le contraire qui se passe. A 3h on déplace le RV (sans réveiller les enfants). On retraverse la rivière aux phares, c’est bien plus stressant qu’en plein jour. Le passage fait une petite dizaine de mètre de long et n’est pas très large… on arrive finalement jusqu’au parking à l’entrée du campground. Ouf on est sauvé !

Je ne pense pas que la rivière soit vraiment montée mais au moins on est serein. 10 minutes après la nouvelle installation la pluie s’arrête… on va pouvoir dormir un peu.

Le levé se fait plus tard que d’habitude. L’épisode pluvieux de la nuit et le froid mordant nous invitent à traîner au lit ce matin. D’ailleurs Pierre aussi a eu froid cette nuit mais quand on lui demande si ça l’embête il répond ! « Non j’aime bien car les autres ils ne font pas ça ». Il a peut-être toutes les caractéristiques physiques de Céline, mais pour sûr, c’est mon fils !

Malgré ces quelques difficultés pour se lever, Brice nous attend. C’est donc après un petit dej aux désormais traditionnels pancakes qu’on reprend la route de la montagne.

DSC_3364

Bataille de boule de neige

Les premiers lacets nous élèvent de quelques pieds supplémentaires et on voit la neige apparaître sur les bas côtés. Heureusement qu’on n’a pas fait notre pause du soir à 3000 mètres comme prévue initialement.

La route se poursuit tranquillement jusqu’à Brice. Les montagnes au loin sont complètement blanches. Plus on avance et plus les plaines jouxtant la route sont blanches elles aussi. C’est totalement imprévu comme temps et comme paysage mais on est bien content. C’est magnifique. Le soleil fait briller la neige et nous offre un paysage complètement captivant.

Les 5 cm de neige sur le bas côté sont trop tentant. On fait une pause un peu sauvage et c’est parti pour une bataille de boule de neige à 3. Pierre est aux anges.

Admirez la vue à notre arrivée

Admirez la vue à notre arrivée

On espérait voir Brice sous la neige (au vu des conditions du jour) et nous sommes comblé. Lorsqu’on y arrive, tout est blanc. Il y a d’ailleurs tellement de neige que plus de la moitié du parc est fermé. En fait il nous reste que trois points de vue à aller admirer.

On commence par le plus célèbre : Brice Point. Plus on s’approche, plus on monte dans le brouillard et la neige. Arrivée en haut, le spectacle est… blanc. On ne voit pas à 10 mètres. On voulait de la neige, on a de la neige.

Jeanne ne tient plus, elle a faim. Céline s’occupe du repas pendant que j’emmène Pierre se dégourdir les jambes et jouer un peu dans la neige. Un petit chemin s’élève à quelques dizaines de mètres de nous au bout du parking. On en prend la direction et on le suit sur 2 ou 300 mètres.

Brice Point - Le rendu photo effleure à peine le sentiment ressenti réellement devant ce spectacle

Brice Point – Le rendu photo effleure à peine le sentiment ressenti réellement devant ce spectacle

Peu avant d’arriver au bout, le soleil fait son apparition laissant la magie opérer. Les mots me manquent pour décrire l’apparition sortant des nuages. Je n’avais pas vu de photo de Brice donc je ne savais pas à quoi m’attendre et c’est tant mieux. Pour les avoir vues après coup, aucune photo ne peu faire passer les émotions de Ca ! Ca prend aux tripes, ça vous scotch sur place et vous restez forcement en admiration. Personnellement ça me vide complètement la tête et me bloque. C’est devant ce genre de paysage que je peux rester des heures sans rien faire, juste contempler. Le grand canyon m’a fait le même effet, Monument Valley aussi, mais dans une moindre mesure.

Sunset Point : un peu moins de 2500 m

Sunset Point : un peu moins de 2500 m

Si je n’avais pas une machine à questions avec moi, je me serai posé là. Et puis il y a Céline aussi. Je me dépêche donc de rentrer au camping-car pour la remplacer au biberon afin qu’elle profite elle aussi de l’éclaircie.

Après une bonne séance photo, un repas dans le camping-car (on ne dira jamais assez comme on aime le camping-car) et avoir aperçu les suisses de Monument Valley on met le cap vers les deux autres points de vu ouvert.

Inspiration Point ressemble au premier mais c’est beaucoup plus couvert. On ne s’attarde donc pas et on préfère rester plus longtemps à Sunset Point. Le temps se dégage lorsqu’on y arrive et là encore c’est une énorme claque. Tout est grandiose.

On profite d’une balade sur la corniche pour faire quelques photos. La neige fond vite mais donne au paysage un cachet supplémentaire. On a vraiment eu beaucoup de chance d’avoir ses conditions météorologiques à cette époque de l’année.

Sunset Point : Comme Brice Point, c'est à couper le souffle

Sunset Point : Comme Brice Point, c’est à couper le souffle

On fini enfin par partir pour notre prochaine étape. On se rapproche de Zion afin de ne pas avoir trop de route à faire demain matin. On s’arrête donc à Kanab. C’est un peu à l’écart de notre route mais le Routard le conseil pour son glacier (si si, j’ai bien dit qu’on avait passé la journée dans la neige). En plus il y a une laverie. Céline en profite pour faire une lessive dans cette pure laverie américaine. C’est exactement comme dans les séries ou les films.

Pendant ce temps je m’occupe d’installer le camping-car et surtout de vidanger car tous les réservoirs sont pleins. Je m’aperçois que l’eau noire (celle des toilettes)  ne se vide pas. Je fini par mettre la main, et le bras, dans le tuyau d’évacuation qui est bouché. J’arrive à enlever une pièce de plastique qui obstruait la sortie mais ça libère une partie du contenue par terre, sur mes chaussures et sur mon pantalon. C’était le réservoir d’eau noire !!! Je vous laisse relire plus haut à quoi ça correspond… beurk !

On ne se laisse pas abattre. On fait un détour pour manger des glaces, donc après un repas léger on fait une petite marche de 10-15 minutes dans le froid mordant et mériter notre dessert. 3 petits cochons en « shared » pour Céline et moi et une énorme boule en cône pour Pierre. C’est la première fois que je le vois manger une glace aussi grosse et sans une seule goutte à côté !

Pour nous, le banana split aux 3 saveurs est énorme en quantité mais très classique en terme de goût. Dommage !

Le retour se fait vite car il fait très très froid. D’ailleurs ce soir on garde Jeanne avec nous. Je pense qu’on est proche des 5°C dans le camping-car. On va se tenir chaud…

La famille Furet au grand complet

La famille Furet au grand complet