Jour 3 : Needle – Williams

Aujourd’hui, on décide d’y aller tranquillement… On profite, on prend notre temps. Du coup, levé assez tard et petit déjeuner dehors au soleil… pas mal le camping-car !

A 9h on part en direction de Grand Canion. Aujourd’hui on arrête de rigoler et on commence les choses sérieuses. Mais avant ça, on met le cap sur Kingman qu’on devait rejoindre la veille. 60 miles au programme, une broutille !

En sortant de la ville de Needle je profite pour m’arrêter faire de l’essence. Il me reste 1/2 plein, mais on ne sait pas trop ce qu’on va trouver vers Grand Canyon.

En France, on a une Laguna depuis peu qui consomme entre 5,6 et 6 litres aux 100 km. Je trouvais que c’était beaucoup, mais ça… c’était avant ! Aujourd’hui quand je passe à la pompe avec mon gros camping-car Ford et que je dois débourser 120$ pour avoir fait 250 miles (375 km !!!) j’ai un peu les boules… non, en fait je suis carrément en panique en calculant le budget essence des vacances… ça ne va pas être possible. Il faut savoir que notre veau consomme entre 20 et 25 litres au 100 km ! Finalement ma Laguna ne consomme pas tant que ça ;o)
Enfin tant pis, trop tard pour changer. Et puis à défaut d’être économe, c’est un moyen de transport assez sympa et pratique. Pierre nous a déjà dit qu’il aimait beaucoup le camping car. Moins que l’avion bien sûr, mais qui peu rivaliser avec la télé en continue et sur demande de l’avion ? Bah non personne !

On arrive à Kingman vers 10h30. On passe au musée de la route 66. Pas très intéressant mais on apprend quand même que c’est Eisenhower qui est à l’origine des autoroutes aux US (sur une idée prise chez les allemands) et donc de la disparition des grandes routes mythiques, telle la route 66.

On passe également faire un tour au musée des indiens qui n’a aucun intérêt et on termine la visite touristique par une gigantesque locomotive. Un truc complètement démesuré. Rien que les roues étaient plus grandes que moi. Pierre était forcement aux anges.

On s’arrête au Diner du coin pour manger un bout. Il est magnifique, le même que dans les séries. Au cours du repas, il y a un (vieux) vétéran qui passe voir un soldat (en tenue) qui était en train de manger avec sa copine pour lui raconter tout un tas de chose. Je n’ai pas entendu leur conversation mais à un moment, le soldat se lève et salut le vétéran d’un franc « yes sir ! » chargé d’un profond respect. La voisine de table qui avait écouté la conversation et qui devait être la fille du vétéran était en larmes… y a qu’ici qu’on peut vivre des choses comme ça. J’ai trouvé cette scène vraiment très forte et pleine d’authenticité.

On termine la visite de la ville par un petit tour dans les brocantes locales (si si), et on repart enfin vers 15h. Cette fois-ci, on prend la route 66 et non pas l’autoroute. Céline en rêvait depuis tellement d’années qu’on ne pouvait que saisir l’occasion. 120 km pratiquement sans intérêt. On loupe une boutique qui avait vraiment l’air super et qui vendait de vieux objets de la route… pas de bol, on n’a pas pu s’arrêter assez rapidement (il faut savoir que notre Ford est très long à s’arrêter !).

2ème attraction, Cars land. Un gros craquage des locaux qui ont récupéré toutes les voitures du film et y ont ajouté des yeux. Le résultat et assez étonnant. Une petite ville (enfin chez nous ca serait plutôt un hameau) vraiment sympa.

On termine finalement la journée à 30 miles de Grand Canyon dans la ville de Williams. Jeanne est encore à bout et veut s’arrêter. On trouve un camping simple mais sans trop de monde. Pierre m’aide à brancher le camping-car et c’est parti pour une courte soirée… et une longue nuit très froide… l’altitude fait son effet, tout le monde aura froid cette nuit.