Jour 10 : Cameron Highlands (BOH – Sungei Palas Tea center)

DSC_5049

Ce matin on a mis le réveil. Il parait que les plantations de thé c’est mieux durant la première partie de la journée. A 9h tout le monde est habillé et les valises sont fermées… encore ! C’est l’inconvénient de changer d’hôtel tous les jours. Il faut faire et défaire les valises quotidiennement, il faut faire le coffre le matin pour le défaire le soir… encore un plus très appréciable du camping-car.

By the way, pour la première fois des vacances on va déguster notre premier petit déjeuner « continental » comme on dit dans les hôtels. On trouve de tout. Du local bien sûr mais aussi de l’occidental (œufs, gaufres, saucisses, crêpes, céréales, etc…). On en profite très largement, surtout Pierre qui prendra et reprendra des waffles. Je suis le seul à prendre du local… à croire que je n’en ai pas encore marre de manger des noddles au petit déjeuner ;o)

On file ensuite à la plantation de thé BOH – Sungei Palas Tea center, considérée par le Routard comme la plus jolie des Cameron. On emprunte une route étroite serpentant à travers la montagne où les plantations de thé la recouvrent sur plusieurs hectares. Toute la place a été libérée pour y planter de quoi préparer l’infusion préférée des anglais. Le paysage nous fait immédiatement penser à l’Indonésie et ses rizières en escalier qui recouvrent intégralement le paysage. Les teintes de verts clairs se ressemblent, les formes géométriques sculptant le terrain pentu, voir abrupt sont également très similaires. Les plantations de thé sont aux Cameron Highlands ce que les rizières sont à l’Indonésie.

La route est parfois très étroite, tellement qu’on ne passe pas à deux de front. On a le choix entre raboter la voiture sur la montagne ou plonger dans le ravin. Et ici, ils ne font pas de cadeau ! Les locaux c’est comme les savoyards chez eux, il faut les laisser passer !

DSC_5034

L’arrivée à la plantation se fait par une petite marche de 5 minutes. On emprunte des escaliers nichés au milieu des pieds de thé mettant magnifiquement en valeur le salon de thé tout en verre sur pilotis qui vient se jeter au-dessus de la plantation. On envisage déjà la magnifique vue panoramique où les différents verts frétillent tels les éclats de soleil se reflétant dans l’eau. L’approche de la plantation est vraiment soignée.

Arrivés en haut, quelques panneaux expliquent un peu l’histoire du site, mais c’est surtout la fabrication qui nous intéresse. Nous fûmes d’ailleurs très surpris de découvrir la simplicité du processus de fabrication :

  1. On écrase les feuilles pour permettre l’oxydation (c’est là qu’on obtient la couleur noire)
  2. On chauffe/cuit à 100°C
  3. On trie par grosseur les morceaux broyés
  4. On emballe et c’est parti !

Vraiment pas compliqué.

Pierre a été captivé par cette visite à tel point qu’on lui a acheté un livre expliquant tout ça et qu’il a voulu refaire la visite pour comparer les étapes du processus à celles de son livre.

Evidement on ne pouvait pas venir visiter une plantation de thé sans en déguster quelques-uns, surtout avec la vue splendide depuis le salon de thé. Céline en trouve un qui lui plait. Les deux autres qu’on a pris resteront au le stade de la dégustation… trop « banal » ! Un moment très sympa. Et on a bien fait de venir tôt car en repartant il y avait une bonne heure de queue pour pouvoir commander un thé.

DSC_5067

On poursuivra la balade du jour en montant à 2000 mètres d’altitude afin d’aller admirer un point de vue. La route pour y accéder est pire que pour atteindre la plantation. Très étroite, sur 12 km de montée et dans un état plus qu’approximatif. L’ascension se fait très doucement, guère plus de 15/20 km/h. L’idée de ce point de vue c’est de passer au-dessus des nuages très présents dans la région. A la place, on ira « s’encotonner » dans un épais brouillard, digne des Highlands (ceux de Connor Macleod cette fois-ci). Et pour couronner cette ascension dantesque, la pluie salue notre arrivée au sommet.

Confiants sur le fait que le temps va changer rapidement, on profite de la pause pour déguster de petits sandwichs achetés un peu plus tôt au salon de thé. La pluie se calme, le brouillard va et vient tels les vagues sur la plage. On est patient, on guette, on espère et au bout d’une heure, on doit admettre notre défaite. Tel le général Nelson qui ridiculisa Bonaparte, la météo aura eu raison de nous et nous obligera à battre en retraite. Et ne me demandez pas pourquoi cette comparaison me vient à l’esprit à ce moment de l’histoire j’en ai aucune idée !

La descente se fait à peine plus vite que la montée. Les freins souffrent, ça sent le carbone brulé au bout de 2 km. On se croirait dans le RER au plus chaud de l’été (c’est-à-dire au-delà de 25°C !). Le début se fait dans un brouillard encore très dense qui confère une atmosphère très particulière aux lieux. Nous sommes en pleine jungle, le brouillard étouffe les bruits d’animaux. C’est calme, et reposant avec une légère pointe d’inquiétant. C’est un mélange entre « un gorille dans la brume » et « Medicine man » (NDLR : je me rends compte en recopiant le carnet que Sean Connery est très présent pendant ces vacances !)

DSC_5078

Bref, les paysages sont magnifiques et on n’est pas en reste avec la suite. On repasse sous les nuages, le soleil pointe le bout de son rayon ce qui donne une vue sur les plantations de thé de toute beauté. Des vagues de vert aux formes géométriques parfaitement coupées tel un jardin à la française… C’est splendide.

La météo n’était pas formidable aujourd’hui, on a loupé le point de vue au sommet mais l’ensemble de la balade vaut vraiment le détour. A ne surtout pas manquer tant on en prend plein la vue. Ce retour à la nature me fait du bien… D’ailleurs Pierre aussi a beaucoup aimé.

A peine 15h lorsqu’on arrive en bas. On en profite donc pour aller faire une petite marche. L’hôtel nous avait conseillé une petite rando facile pour les enfants donc on tente.

DSC_5101

C’est effectivement une petite rando. On marchera 1h aller/retour dans la jungle le long d’une rivière rendue orange par le sable (ou la terre ?) qu’elle charrie. Les abords de la rivière sont dans un état de saleté très avancé. On trouve de tout, sûrement le résultat de travaux faits en amont… encore une fois on se rend compte qu’il y a peu de respect pour l’environnement dans ce pays.

C’est un peu difficile pour Pierre. On fera la première moitié facilement, la deuxième… un peu moins. La marche n’est pas son sport favori, loin de là. Heureusement, à l’arrivée il y avait une balançoire et un toboggan. De quoi jouer un moment avec sa sœur pour se remettre de cette expédition.

On jouait tranquillement lorsque d’un coup Céline a senti le vent se lever. Au même moment, plein d’animaux de la jungle se sont mis à crier à l’unisson. En 10 secondes on avait pris les affaires et les enfants pour courir vers la voiture. On voyait le brouillard avancer sur nous en descendant des arbres. Tout juste le temps d’arriver à la voiture pour se mettre à l’abri que la pluie s’abattait sur nous !

DSC_5123

Retour à l’hôtel. On ne regrette vraiment pas d’avoir changé. En plus le prix a baissé depuis hier (va comprendre Charles !). Petit goûter dans la chambre en regardant un bout de pirate des caraïbes en alternance avec les douches.

On dinera au deuxième indien de la ville. L’accueil fût bien meilleur que celui de la veille mais on n’aura toujours pas nos naan. A la place on aura une espèce de crêpe… on ne comprend pas mais au moins on n’a pas l’impression de les embêter.

DSC_5104

Une excellente journée qui se termine (la meilleure pour moi). Demain on fera une autre plantation de thé avant de quitter l’Angleterre pour rejoindre la vallée chaude et humide qui nous rapprochera de Kuala Lumpur où nous rendrons la voiture… je termine d’écrire mon journal à la lumière de mon téléphone pour laisser tout le monde dormir… bonne nuit.

  • chantal coquelet

    Super! On s’ y croirait. Dommage, je n’ai pas goûté le thé quand je suis venue, ce sera pour la prochaine s’ il en reste. Continue de nous faire rêver, tu sais très bien faire.

    • Sébastien

      Je ne suis même pas certain qu’il soit ouvert ce thé, alors ça devrait aller pour le goûter ;o)

  • MH

    super, enfin la nature est de retour !!!
    et si bien écrit comme toujours.
    beaucoup de comparaisons et de références aujourd’hui.

    • Sébastien

      Merci c’est gentil.
      Quand je suis dans mon élément je suis bien plus inspiré ;o) Je me suis bien rendu compte au cours de ce voyage que la qualité de mon récit dépendait de mon intérêt pour ce que je vivais.

      • Xelle

        Logique en même temps 😉

        • Sébastien

          Logique, mais très professionnel ;o)

          • Sébastien

            arf, le lapsus ! il fallait lire : Logique, mais PAS très professionnel ;o)

  • chantal coquelet

    C’est vrai que sur ce coup, tu es très professionnel. En même temps, tu as une belle muse à tes côtés!