Jour 5 : Kuala Lumpur – Ipoh

DSC_4736

Ipoh : j’adore le décalage Ferrari / immeuble délabré !


Aujourd’hui c’est le départ. Céline nous avait prévu 3 nuits à Kuala Lumpur dans un hôtel sympa avec une piscine pour se remettre du décalage horaire, mission réussie ! Même si on ne se couche pas très tôt, on n’a pas envie de se réveiller à 3h du matin ou de dormir jusqu’à midi.

On part chercher la voiture tous ensemble. Encore une fois, obligés de demander des indications pour trouver notre chemin. Une fois la voiture récupérée, il nous faudra pas loin de ¾ d’heure pour faire la poignée de kilomètre nous séparant de l’appartement où nos valises attendent sagement de se faire embarquer vers d’autres cieux.

On profite du check out pour réserver la même chambre pour le dernier jour de notre voyage. Plus de place, mais Christina (notre hôte) nous propose une autre chambre. Plus grande, accès douche et piscine jusqu’au départ pour l’aéroport. C’est tout ce qu’il nous fallait !

Le départ pour Ipoh est donné… en roulant à gauche. Décidément, les vacances sont pour moi l’occasion de faire de nouvelles expériences de conduite. Camping-car l’année dernière, conduite à gauche cette fois-ci. J’ai préféré le camping-car. C’est vraiment déroutant de conduire à l’envers. Sur l’autoroute, ce n’est pas vraiment un problème par contre quand on arrive à une intersection, il faut y réfléchir à 2 fois avant de prendre une voie… et je crois que le pire ce sont les ronds-points. Prendre un rond-point à « contre sens » a quelque chose de suicidaire…

Petite anecdote sur les voitures inversées : vous passez les essuies glace en permanence ! Bah oui, les commandes au volant sont elles aussi inversées et le clignotant ne se trouve pas du côté attendu…

DSC_4756

Lou Wong : LE spécialiste du poulet


L’arrivée à Ipoh se fait dans l’après-midi. Maintenant nous sommes sans filet… à savoir sans hôtel ! On commence à chercher quelque chose (adresse du Routard) mais l’immeuble tombe en ruine. On n’est plus aussi roots qu’avant, ça c’est clair (soyons honnêtes, nos 20 ans sont loin derrière nous maintenant) et surtout on a les enfants. Donc on ne s’arrête pas et vu l’heure avancée, on file plutôt manger.

Céline nous dégotte l’institution locale : Lou Wong, LE spécialiste des nouilles et du poulet. C’est vrai que leur poulet est tendre comme jamais on en a mangé ailleurs (et je ne parle pas que de la Malaisie). Pierre tombe à genoux devant leurs nouilles en bouillon. Je pense qu’une histoire d’amour est née entre eux ce jour-là.

On reprend la voiture pour tourner un peu dans Ipoh. La première impression nous laisse sceptiques quant au choix de cette ville étape. Mais pourquoi ? On verra ça plus tard, pour l’heure on trouve quelques hôtels à visiter. Le premier fera l’affaire. Le Pi Hotel, flambant neuf… mais tout petit. Je dirais 6-7m² pour 4, salle de bain comprise. A ce tarif-là, pas de placard, mais c’est propre, on n’en demande pas plus.

Les affaires à moitié déballées on file visiter la ville pendant qu’il fait encore jour. La célèbre gare (très décevante) et la vielle ville. De style colonial défraichi, elle a un petit quelque chose de sympa mais à l’heure où on passe, c’est totalement désert.

DSC_4735

On aura tout de même fait une petite pause dans une autre institution, le Old White Coffee, spécialiste du café glacé. Très bonne expérience pour moi, je ne connaissais pas, idem pour Céline qui l’a même pris complètement freezé et pour Jeanne qui est devenue complètement accro.

Il commence à se faire tard donc on rentre tranquillement à

« Excusez-moi, je peux faire un selfi avec vous ? »
« Hein ? Quoi ? »

On s’est fait stopper dans notre retour par un joueur de foot qui a quitté son terrain d’entrainement en courant pour venir prendre un selfi avec nous. Pourquoi ? Aucune idée, je crois qu’il n’a pas compris ma question.

On passera la soirée à manger une Pizza Hut sans intérêt (tout est fermé je vous dis !) dans notre chambre. Avant d’y remonter, on a croisé un couple de randonneurs « hard core » comme ils disaient en nous racontant leur expérience du Taman Nagara où ils ont dormi dans des grottes et leurs fringues sentaient la crotte de chauve-souris. C’est un peu trop pour nous (à cause des enfants bien sûr…).

DSC_4757

C’est ça aussi les vacances, un pizza sur un lit !


Ce soir on avait dit qu’on reprenait un meilleur rythme donc 22h45 tout le monde au lit. Enfin les enfants… Et ils s’endorment sans rien dire, Jeanne dans sa tente, bloquée dans le couloir d’entrée et Pierre sur une couverture par terre entre le mûr et le lit. Pas de place je vous dis dans cette chambre !

Minuit, je m’apprête à rendre visite à Morphée après avoir accompli mon devoir du carnet de route lorsque Jeanne se réveille…Damned ! La fête est lancée jusqu’à 3h du matin. La nuit sera encore courte.

KL-Ipoh

  • chantal coquelet

    Décidément, Jeanne est une accro des nuits blanches! Elle fera une bonne fêtarde!Et toi, tu fais quoi en attendant qu’elle veuille bien s’ endormir?

    • Sébastien

      Ça c est sûr !!! J appréhende l adolescence quand il faudra aller la chercher au petit matin en sortie de boîte de nuit

  • Xelle

    C’est tellement facile, l’excuse « des enfants » 😉

    • Sébastien

      Ah ! Ça c est vu ?

  • chantal coquelet

    D’accord avec Xelle, c’est facile de tout mettre sur le dos des petits! Je t’imagine bien aller chercher Jeanne en sortie de boîte, à mon avis son frère fera un très bon chauffeur!